Une carte multiphoto pour un souvenir de mariage original

Créez vos cartes de remerciements en faisant le choix des images en quantité et qualité

Et si la carte de remerciements de votre mariage ressemblait à un mini album photo ? Cette option permet de nombreuses compositions et tout autant de formats différents. En triptyque, par exemple. Une quantité impressionnante de choix s’offre à vous, simplement en présentant plusieurs images sur un seul support.

Laissez de la place pour vos photos

Le petit oiseau est sorti. Plein de fois. Vous avez en votre possession un nombre considérable d’images plus belles les unes que les autres. Et plutôt que d’imposer un diaporama à vos proches, vous avez décidé de leur en faire parvenir une sélection sur votre carte de remerciements. Pour cela, plusieurs options se présentent :

  • la mosaïque : elle revient à la mode. Une grille où vous insérez le nombre de photographies de votre choix. Certaines peuvent même être plus grandes que les autres, pour que la composition soit plus vivante.
  • Le triptyque : une carte qui se déplie, avec plusieurs volets, c’est six panneaux où vous pouvez ajouter des images. Pensez juste à réserver au moins une petite place, généralement au centre, pour le texte.
  • Le photomaton : quatre prises de vue qui se succèdent, pour un effet dynamique certain. Pour celle-ci, des photographies réalisées spécialement pour les remerciements seront bienvenues. Pourquoi pas cinq cadres qui se suivent où vous portez à deux les différentes lettres du mot « merci » ?

Trouvez le bon équilibre de votre carte

Le risque principal, à choisir de nombreuses photos différentes, est qu’elles ne s’accordent pas les unes avec les autres. Une mosaïque sera toujours plus réussie si elle présente un minimum d’harmonie. Vous pouvez par exemple garder uniquement des clichés de détails (une main, une fleur, une fourchette à côté de la pièce montée) ou ne montrer que des visages, ou choisir toutes les prises de vue réalisées au même endroit. Une autre option est de passer toutes les images en noir et blanc, pour éviter la fatigue visuelle liée au kaléidoscope de couleurs.

Créez une impression de quantité avec une fausse mosaïque

Les techniques de scrapbooking européennes ont aussi fait leurs émules parmi les amateurs de mosaïques. L’idée : décomposer un cliché en plusieurs éléments. Tracez par exemple des traits médians de découpe dans votre photo principale, puis écartez les quatre parties de quelques millimètres. Cette pratique vous permet de remplacer l’une des zones de votre image, peut-être un peu plus pauvre visuellement, par un cadre de texte.