Chambre parentale ou chambre à lui, où faire dormir bébé ?

Co-sleeping, le nouveau-né qui dort avec ses parents… la fausse bonne idée ?

En France, dormir avec son nouveau-né est une pratique qui a mauvaise réputation. Pourtant, cela est considéré comme normal dans de nombreux pays : le co-sleeping est pratiqué par 90 % des parents chinois et plus de 60 % des Suédois, des Japonais et des Inuits ! Qu’en est-il pour vous : préférez-vous faire dormir bébé dans sa chambre ou dans la vôtre ?

Faire dormir bébé dans la chambre parentale, le gage d’une nuit paisible !

Le premier argument en faveur du co-sleeping est… le sommeil. Les parents n’ont plus besoin de se lever 5 fois par nuit pour rassurer ou nourrir bébé : l’enfant dort mieux et ses parents aussi ! Des mamans qui allaitent ont même témoigné donner le sein dans un état de demi-sommeil, et ne pas nécessairement se réveiller pendant la nuit. Cela leur permettrait de passer rapidement après l’accouchement des « nuits entières et paisibles » : de quoi faire rêver !
Par ailleurs, de nombreuses mamans ressentent un besoin très fort de garder l’enfant près d’elles les premières semaines : il s’agit d’un processus hormonal et psychique caractérisé comme « préoccupation maternelle primaire ». Pas d’inquiétude, il est bien naturel de ressentir cela après neuf mois de symbiose physique totale !

Intimité des parents et développement psychique du bébé, quels sont les risques ?

Mais alors, à quels niveaux se situent les craintes des parents  ? Outre la naturelle peur de faire mal à son bébé sans le vouloir pendant la nuit (problème pouvant être réglé par de nombreux dispositifs techniques), les inquiétudes des parents sont souvent liées à deux facteurs : le manque d’intimité adulte et le développement psychologique de l’enfant.
Certaines personnes, parents célibataires ou en couple, peuvent en effet souffrir de l’impact du manque de solitude sur leur intimité, et notamment sur leur sexualité.
En ce qui concerne le développement psychologique de l’enfant, sachez qu’un moment vient où la « séparation » d’avec ses parents devient impérative. Mais la période de cette séparation dépend de chaque relation : les experts estiment qu’elle peut se faire sans problème aux alentours des six mois ou, au plus tard, autour de 2 ou 3 ans.
Au final, une des meilleures solutions pour se préparer en douceur à l’autonomie reste peut-être l’utilisation du lit en « side-car », du berceau dans la chambre ou du matelas pour enfant (qui pourra être transporté de la chambre des parents à celle de l’enfant selon les besoins)…

Le co-sleeping, quand les parents diminuent le risque de mort subite du nourrisson

Argument majeur en faveur du co-dodo : il diminue fortement le risque de mort subite du nourrisson. Près de ses parents, l’enfant dort plus légèrement, synchronise sa respiration sur la leur, et surtout, est à proximité en cas de problème.